Penser l’art au present : Baudelaire et Le Peintre de la vie moderne

Henri Scepi

Resumo


Cet article se propose de revenir sur ce qui constitue l’un des apports sans doute majeurs de Baudelaire à la pensée de l’art moderne : la promotion d’une théorie du présent, qui ne va pas sans une reconfiguration du temps - notamment dans la référence au passé et à la tradition - ni sans une réflexion sur la mémoire. L’exemple de Constantin Guys, peintre du présent, de l’instantané et du fugitif, conduit Baudelaire à réévaluer le statut même de l’artiste et à requalifier les données de l’art. Il prend part à la mesure de la force de dislocation du présent. Mais trop conscient des risques d’éparpillement et d’aveuglement qu’il comporte, Baudelaire s’attache à mettre à distance et à “amortir” les ondes du choc (Benjamin) du moderne.

Texto completo:

PDF

Referências


AGAMBEN, Giorgio. Baudelaire ou la marchandise absolue. Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale. Trad. Y. Hersant. Paris : Éditions Payot & Rivages, 1998. (Coll. Rivages poche/Petite Bibiothèque).

BAUDELAIRE, Charles. Œuvres Complètes. Éd. Claude Pichois. Gallimard : La Pléiade, 1976.

BENJAMIN, Walter. Sur quelques thèmes baudelairiens, IV. Œuvres choisies. Trad. Maurice de Gandillac. Paris : Julliard, 1959.

BAILLY, Jean-Christophe. Prose et prosodie. Baudelaire et la conduite des genres. Panoramiques. Éd. Christian Bourgois, 2000.

CALASSO, Roberto. La Folie Baudelaire. Trad. J.-P. Manganaro. Gallimard, 2011.

HIDDLESTON, James A. Méryon, Boudin, Guys et Le Spleen de Paris. L’Année Baudelaire, 11/12, Champion, 2007-2008.


Apontamentos

  • Não há apontamentos.



Creative Commons License Todo o conteúdo do periódico, exceto onde está identificado, está licenciado sob uma Licença Creative Commons