SUR LE PEU DE RÉALITÉ: ONTOLOGIE ET “ANTI-PERCEPTION” CHEZ CLÉMENT ROSSET

Olivier Dubouclez

Resumo


Depuis Le Principe de cruauté (1988), l’anti-perception designe chez Clément Rosset cette curieuse capacité qu’a l’être humain de ne pas percevoir le réel, capacite qui relève à la fois du “refus de perception” et du “croire percevoir” propre à la logique du dédoublement. Approfondissant cette notion entre 2004 (Impressions fugitives) et 2012 (L’Invisible), Rosset décale sa théorie du double et fait droit à une théorie de l’objet inexistant, ce “rien” qui est au moins provisoirement “quelque chose”, point aveugle ou objet intentionnel qui possède une réalité minimale au sein même de l’illusion. Cette différenciation des doubles, qui montre la vitalité et la plasticité de l’ontologie rossétienne, permet aussi de penser l’anti-perception poétique de Raymond Roussel. Tenant d’un “imaginaire pur” où les objets perdent toute consistance, où ils sont les ombres d’une écriture qui ne travaille que pour elle-même, l’écrivain promeut ce que l’on pourrait appeler, en suivant le dernier Rosset, un réalisme du rien.

Palavras-chave


illusion, littérature, métaphysique, objet, ontologie, perception, réalisme, réalité, Marcel Proust, Clément Rosset, Raymond Roussel

Texto completo:

PDF

Apontamentos

  • Não há apontamentos.


Direitos autorais 2019 Olivier Dubouclez